News

I’m riding in the rain

By  | 

Que d’eau, que d’eau ! Ces derniers temps les cieux ne sont pas très cléments avec les cyclistes du quotidien et cela implique un changement de pilotage pour rouler en toute sécurité. Voici quelques conseils pour continuer à rouler sous la pluie.

Anticiper

Avoir un pilotage d’anticipation est essentiel lorsqu’il pleut. Les routes mouillées sont particulièrement glissantes et les distances de freinage s’allongent. Il est donc essentiel d’être très attentif à son environnement pour déceler au plus vite les éventuels obstacles : un piéton qui traverse le regard rivé sur son smartphone, un automobiliste qui change de direction, une voiture qui stationne sur votre piste cyclable…

Savoir freiner

Lorsqu’il pleut, on doit éviter de freiner trop brusquement au risque de déraper et de se retrouver parterre. Sur un vélo équipé de freins à patin, il est recommandé de donner des petits coups de frein successifs afin d’assécher la jante et retrouver un peu de mordant. Attention au freinage sur des terrains recouverts de feuilles. C’est particulièrement propice à la glissade !

Adapter sa vitesse

C’est une évidence mais cela mérite d’être rappelé : une chaussée humide est plus glissante et offre moins d’accroche au moment de freiner. Donc, pour être sûr de pouvoir s’arrêter sans casse, l’idéal c’est de rouler un peu moins vite.

Gare aux bandes banches et autres surfaces à risque

Les bandes blanches des passages piétons ou servant de délimitation entre la chaussée et la piste cyclable deviennent particulièrement glissantes lorsque la pluie tombe. Aussi, on évitera de rouler dessus et surtout de donner un grand coup de frein en passant sur une de ces bandes. Idem en ce qui concerne les surfaces métalliques, telles que les plaques de chantier et d’égouts ou encore les rails de tramway.

Rouler sous-gonflé

Une fois n’est pas coutume mais pour gagner un peu d’adhérence, il est conseillé de rouler légèrement sous-gonflé afin d’avoir plus de surface en contact avec le sol. Cela peut faire une vraie différence dans les virages. Petit conseil pour gagner un peu d’adhérence : appliquez du vinaigre sur vos pneus avec un chiffon. Vous serez surpris par la qualité de l’accroche ainsi obtenue. En revanche le résultat est éphémère et il faudra renouveler l’opération très régulièrement.