Nos essais

FuroSystems Furo X, le vélo pliant en carbone

By  | 

Un vélo pliant avec un cadre en carbone, il fallait oser ! La société londonienne FuroSystem, créée par deux ingénieurs en aérospatiale et robotique, l’a fait avec le Furo X. Ce vélo, aux lignes élancées, est annoncé comme l’un des plus légers du marché. Mais qu’en est-il exactement ?

2499 €/17 kg/313 Wh

En découvrant le Furo X, nous sommes impressionnés par la qualité de fabrication du cadre en carbone. La partie arrière, intégrant le tube de selle, les bases et les haubans est faite d’un seul tenant. Quant à la charnière de pliage, elle inspire confiance. Lorsque le Furo X est déplié on ne ressent pas le moindre jeu à ce niveau. Il en va de même au niveau de la charnière de pliage du guidon. C’est rassurant ! Ce cadre, fabriqué à partir de technologies issues de l’aérospatiale reçoit, en complément, une fourche également en carbone. Autant d’éléments qui laissent présager un certain confort de roulage ! Néanmoins, après un passage sur la balance, petite déconvenue : annoncé à 15 kilos, batterie comprise, il affiche en réalité deux kilos de plus, et nous avons vérifié avec des balances différentes ! Renseignements pris auprès du constructeur, il apparait que les 15 kilos sont pour le vélo sans équipement, juste avec la batterie. Les 2 kilos supplémentaires proviennent des garde-boue et du porte-bagage, deux accessoires offerts et montés gratuitement sur le Furo X depuis le début de la crise sanitaire pour faciliter la vie des clients. Quoi qu’il en soit, un fois plié, le Furo sait se monter compact…

Une fois plié le Furo X est plus petit qu’un bon ampli de musique

Des équipements inégaux

Mais continuons notre découverte. Au niveau des périphériques, le Furo X opte pour une transmission Shimano à 9 vitesses, des freins à disque hydraulique Shimano, des roues de 20 pouces montées de pneus en 1,75 de section, des garde-boues en plastique et une assise Voga de chez Selle Royal que, personnellement, nous avons trouvé un peu dure. Petit regret encore concernant l’éclairage : le phare avant est manuel et fonctionne avec une pile dont le changement nécessitera le démontage de l’éclairage. A l’arrière, il y a bien un bloc lumineux au niveau de la batterie, mais il sert uniquement à indiquer les changements de direction via une commande située sur le guidon. Là encore l’éclairage n’est pas connecté à la batterie, il se recharge via une prise USB.

A l’arrière, l’éclairage se recharge sur une prise USB

Une batterie de belle qualité

Au niveau de la motorisation, le Furo X adopte un moteur roue arrière Bafang alimenté d’une batterie de 315 Wh qui utilise des cellules identiques à celles de la Tesla Model S. La Batterie se loge derrière le tube de selle. La partie arrière duFuro X est donc très lourde ! La mise en place et le retrait de la batterie s’effectuent facilement. Elle dispose d’un prise UBS pour recharger son téléphone. Le moteur dispose de 5 modes d’assistance que l’on choisit à partir de la console située sur le guidon. L’écran de cette dernière est assez grand et peut être retro éclairé.

La finition du cadre en carbone est splendide

Le Furo X s’emmène bien à la pédale

Une fois en selle, premier constat, la distance selle/guidon est longue. Ce vélo n’est pas adapté aux petits gabarits ! Pour lancer l’assistance, il faut penser à appuyer sur un bouton situé sur la batterie avant d’appuyer sur le bouton marche de la console. Si l’assistance entre rapidement en action, elle est très coupleuse au démarrage à partir du mode 3 et on peut rapidement se retrouver en wheeling. Ensuite, l’assistance s’adoucie. Un peu trop même parfois si bien qu’il faut souvent jouer avec les vitesses ou les modes d’assistance pour lui redonner du couple surtout dans les montées. Heureusement, le Furo X s’emmène bien à la pédale. Une fois lancé, la tenue de route séduit. Le vélo colle au sol, sans mouvement intempestif et on se sent en sécurité, ce qui n’est pas toujours le cas sur un vélo équipé de petites roues. Enfin, pour ce qui est du confort, nous sommes bluffés par le travail du cadre en carbone.

Vous l’aurez compris, le FuroX n’est pas exempt de tout reproche, notamment en ce qui concerne les réglages de fonctionnement de l’assistance et le choix de certains accessoires pour rester dans un prix abordable, mais le confort, la vivacité et le plaisir de rouler sont bel et bien là !

  • On aime : La qualité du cadre; Qualité de roulage
  • On regrette : les économies de bout de chandelle (éclairage) ; Puissance de la motorisation mal gérée

Caractéristiques

  • Cadre : Carbone
  • Fourche : carbone
  • Transmission : Shimano Sora, 9 vitesses
  • Freins : disque hydraulique Shimano M315
  • Pneus : CST 20×1 .75’’
  • Moteur : Bafang
  • Batterie : Lithium Ion, 313 Wh, 36 V, 8,7 Ah
  • Autonomie : 45 km
  • Temps de charge : 5 heureswww.furosystems.com