Non classé

Elsa et Yan, le vélo comme art de vie

By  | 

Voilà plusieurs années que Yan et Elsa ont opté pour le vélo dans leurs déplacements quotidiens. Par militantisme et par plaisir, ils ne reviendraient pour rien au monde sur ce choix de vie. Et pour déjouer les pièges de la ville, rien de tel que de se prendre pour un héros de jeux vidéos! 

Le vélo, c’est la passion commune d’Elsa et de son compagnon Yan. Voilà maintenant plusieurs années qu’ils ont fait le choix du vélo pour leurs déplacements à Paris. C’est Yan qui s’y est mis le premier. « Nous habitions à l’époque rue de Ménilmontant à Paris. Yan s’est tout de suite mis au vélo mais pour moi, la remontée de la rue me paraissait insurmontable. » Et puis un jour, Elsa s’est fait offrir un vélo à assistance électrique, un Giant. « Depuis ce jour, nous sommes à vélo tous les jours, tous les deux, qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il neige. » Maintenant qu’elle a découvert le plaisir du vélo pour ses déplacements quotidiens, Elsa ne reviendrait pour rien au monde en arrière. « J’aime sentir le temps qu’il fait, le froid, la pluie, le soleil sur le visage. J’aime être dehors et libre de mes mouvements. J’apprécie aussi de ne dépendre de personne pour mes déplacements. Seules les crevaisons peuvent doucher mon enthousiasme ! Mais cela ne m’est arrivé que trois fois en plus sept ans. » De son côté, Yan est un vrai passionné de vélo. Lorsqu’il s’est mis au vélo pour la première fois, c’était avant tout pour le côté sportif et pour éviter la promiscuité du métro. Aujourd’hui se sont aussi greffées des idées plus militantes afin de promouvoir des déplacements doux, moins polluants. Pour ses déplacements, il possède plusieurs vélos. C’est pour cette raison qu’il passe régulièrement dans le magasin Culture Vélo pour acheter quelques accessoires. C’est ainsi qu’il a découvert le magazine City Ride. « A chaque fois qu’il le rapporte à la maison, je me jette dessus. C’est en le lisant que j’ai découvert et acheté des accessoires divers et variés tels que le panier Fil Safe, les accessoires Rayon Jaune ou les produits Nooc. »

Moi, je roule plus lentement et j’anticipe plus ! (Elsa)

Certes, les trajets du quotidien ne se passent pas toujours sans frayeurs. « Les portières de voiture qui s’ouvrent inopinément, les bus qui te frôlent dans les voies de bus partagées ou les piétons qui traversent sans regarder ou qui débouchent de derrière une camionnette mal garée, on connaît bien avec Yan. Mais du fait de sa vitesse, c’est sans aucun doute lui qui vit les plus belles frayeurs. Moi, je roule plus lentement et j’anticipe plus ! » Pour dédramatiser cela, ils s’imaginent dans un jeu vidéo et ils se réjouissent, le soir venu, d’avoir déjoué les pièges de leur parcours. « On marque des points » dit en souriant Elsa. Mais tous ces petits pièges n’incitent pas Elsa et Yan à mettre leurs enfants au vélo pour aller à l’école. « Ils se rendent au collège à trottinette. Nous estimons que le vélo est encore trop dangereux pour des ados de 11 et 13 ans… En Ile-de-France en tout cas ! » Mais ce n’est pas pour autant que le vélo leur est interdit. « L’été dernier, nous sommes partis en famille, avec le Vélo Voyageur, une agence découverte par le biais de City Ride, pour un périple à vélo de 150 km entre Bordeaux et Arcachon. Nous avons adoré ! Quel bonheur de prendre le temps dans un monde où tout va trop vite… »

 

C’est à vous

Chaque trimestre, City Ride a décidé de vous livrer le témoignage de personnes ayant fait le choix du vélo pour leurs déplacements quotidiens. Pour ce faire, nous avons besoin de vos témoignages, par courrier, mail ou téléphone. Objectif, comprendre ce qui vous a poussé à faire ce choix et faire vivre votre expérience quotidienne : votre trajet, les faits insolites, parfois vos peurs… N’hésitez pas à nous contacter sur contact@cityride.fr.