Types de vélos

Panorama des vélos urbains

L’engouement croissant pour le déplacement à vélo a poussé les constructeurs à élargir leur offre en multipliant les choix en termes de niveau de gamme, mais aussi de spécificités. Si autrefois le vélo de ville se limitait au vélo hollandais ou citadin à roues demi-ballon, il en est tout autrement aujourd’hui avec de nombreuses familles structurant les besoins des utilisateurs. Chaque famille peut ensuite se composer de plusieurs montages et finitions pour offrir une gamme de prix couvrant tous les budgets et envies.

Chaque catégorie possède une géométrique spécifique, adaptée à un type de pratique et à un usage particulier : porter son vélo, le ranger dans dans un coffre de voiture, adapter des sacoches et des paniers, fixer un siège enfant, pédaler « facilement » ou « appuyer sur les pédales »… Tous ceci n’est pas possible selon le type de vélo. Également, à vous de déterminer pourquoi et comment vous voulez vous déplacer en vélo : tous les jours, occasionnelement, pour de courtes distances ou de longs trajets, en tenue de bureau ou sportive.


 

Vélos de ville 

header_ville

Le vélo de ville peut être scindé en trois catégories :

  • Hollandais : une allure très classique n’ayant pas changé au fil du temps, un vélo simple, robuste et confortable grâce à une conception mono-vitesse et frein arrière à rétropédalage. La position du cycliste est droite. Il existe majoritairement en cadre mixte.
  • Vélo de ville : tout aussi confortable qu’un Hollandais avec toujours cette position droite de l’utilisateur même si son guidon est en général plus bas et moins large, le vélo de ville se veut contemporain. En cadre homme ou bien plus souvent col de cygne, les tubes d’acier ont majoritairement laissé leur place à l’aluminium pour le châssis qui conserve néanmoins une silhouette typique du vélo de ville. Le vélo évolue avec son temps avec des technologies et coloris actuels, les gênes de la machine restent. 3 à 11 vitesses avec beaucoup de systèmes de moyeux arrière à vitesses intégrées même si les transmissions 1 plateau avant avec 6 ou 7 pignons à l’arrière restent d’actualité.

Il faut évoquer également le Low Step, une génération récente de vélos de ville au cadre surbaissé pour faciliter le passage de la jambe que l’on lève à peine lorsque l’on enfourche la machine. Ils sont bien plus surbaissés que les classiques cols de cygne, souvent assimilés à des vélos de dames. D’ailleurs, savez-vous pourquoi ces vélos au cadre col de cygne ont été créés ? Tout simplement parce qu’à l’époque, les femmes se devant d’être en robes ou en jupes, devaient pouvoir enfourcher un vélo sans que l’on puisse voir leurs dessous.

Ces trois types de produits se caractérisent par une conduite avec le corps positionné verticalement, mais aussi par un équipement ville d’origine comprenant garde-boue, porte-bagages, béquille et parfois panier avant.

Vélos trekking

header_trekking

Une catégorie apparue dans les années 90, que l’on appelait plus couramment VTC (vélos tous chemins). Vélo à roues de 700, confortables et rapides disposant de nombreuses vitesses, triple plateaux pour 7 à 10 pignons à l’arrière ou systèmes intégrés dans le moyeu arrière avec 7 à 11 rapports. Très rarement dépourvus d’origine de porte-bagages et garde-boue, ce qui justifie moyennement l’appellation trekking dans ces cas-là, ces machines offrent de nombreuses possibilités : déplacement urbain sur routes et chemins carrossables, échappées plus longues les jours de congés, petits voyages itinérants légèrement chargé…

Confortable, la position du cycliste est plus sportive qu’un pur citadin avec un corps faiblement incliné vers l’avant.

Le trekking à assistance électrique fait également partie du paysage vélocipédique actuel.

Vélos fitness

header_fitness

Il s’agit tout simplement d’un vélo de route « course » sur lequel on a monté un cintre droit type VTT. Le but est d’obtenir une machine très performante mais plus confortable et maniable qu’un course classique. Cette famille de vélos s’est toutefois élargie ces dernières années avec des produits qui dépassent la simple « transformation » du poste de pilotage. Pneus plus larges, moyeux à vitesses intégrées viennent compléter l’offre dont la recherche de vitesse reste néanmoins l’attrait premier.

Vélos fixies

header_fixie

Recyclage de vieux courses dans un premier temps, effet de mode très rapidement, le vélo à pignon fixe a aussi conquis les villes grâce à sa simplicité d’utilisation et son entretien réduit. Le freinage à la force du mollet demande beaucoup d’habilité. L’évolution logique a consisté à les rendre accessibles en proposant des versions à roues libres (n’étant plus des fixiez donc) et des freins pour une utilisation moins exclusive. Le fixie pur est une culture, le singlespeed (mono-vitesse) davantage une recherche vers un vélo simple et épuré.

Vélos pliants

header_pliants

L’outil idéal pour mixer sur un même trajet le vélo et les transports en commun. Bien pratique également pour se glisser discrètement sous le bureau ou dans un placard à la maison, au même titre que dans le coffre d’une auto. Pliage aisé, rapide et miniaturisé, on est sur des produits nettement plus sophistiqués qu’un bon vieux Peugeot NS ! Le diamètre des roues est en général de 16 ou 20 pouces, mais des valeurs comprises entre 12 et 26 existent. Les braquets sont spécifiques car ils doivent s’adapter aux roues de petits diamètres. On trouve de multiples choix en termes de changements, et nombre de vitesses avec des vélos qui peuvent se montrer très performants en reprenant des systèmes pouvant être empruntés aux vélos de course. L’assistance électrique existe aussi sur ce type de vélos malgré les contraintes de conception liées au pliage où le but premier est de limiter l’encombrement.

Vélos spéciaux

header_speciaux

Les vélos spéciaux sont ceux que l’on rencontre plus rarement car spécifiques à certains usages. Les porteurs et triporteurs en font partie, tout comme les vélos taxis. Plus répandus, les cargo bikes, très populaires dans les pays du nord où l’on ne s’étonnera pas de croiser par exemple une mère de famille emmenant ses deux enfants à l’école grâce à ce type d’engin. Les conceptions sont très travaillées de façon à apporter des facilités de conduite et d’accès à bord.

Vélos à assistance électrique (VAE)

Toutes les catégories de vélos proposent aujourd’hui des modèles à assistance électrique. On y trouve une assistance au pédalage avec plusieurs réglages de sensibilité de déclenchement en fonction de l’effort déployé par l’utilisateur. Ici, on pense naturellement aux trajets à forts dénivelés (positifs) et aux longues distances. Mais pas que… Comme nous ne sommes pas tous égaux en termes de morphologie et d’aptitude à la pratique de n’importe quelle activité physique – ainsi que l’âge – les arguments pour se tourner vers un VAE ne manquent pas.

Et que le bon sens continue à guide votre choix : ces vélos VAE valent – plus – cher que leur homonymes « classiques ». Il n’est pas envisageable de les laisser dormir dehors.


 

Lisez nos essais, réalisés dans des conditions réelles d’utilisation pour vous faire une opinion, détachée des arguments marketing dispensés au travers des publicités que vous auriez pu voir.